Antoinette Fouque - Psychanalyste

Antoinette Fouque - Psychanalyste

Antoinette Fouque - Psychanalyste

Le père d’Antoinette Fouque (http://antoinettefouque-psychanalyste.blogs.nouvelobs.com/) était un militant communiste. La jeune femme étudie en premier lieu à la faculté d'Aix-en-Provence avant de rejoindre Paris. La Marseillaise est toujours en faculté quand elle se marie. C'est à Marseille qu'elle passe une enfance tranquille. Antoinette Fouque gardera toujours un ancrage politique marqué à gauche de sa jeunesse passée dans un quartier prolétaire.

Antoinette Fouque, auteure et théoricienne

Antoinette Fouque n’est pas réellement sur la même ligne que l'essayiste Simone de Beauvoir et ce qu'elle avance dans "Le deuxième sexe". Le combat d’Antoinette Fouque ne cède pas aux tentations du militantisme féminin sans concessions, il défend la maternité. En 2013, elle a dirigé la parution du livre "Le dictionnaire universelle des créatrices", lequel rend hommage à celles qui ont été écartées de l'Histoire depuis quarante siècles.

Antoinette Fouque et les autres militantes décident de déclarer le MLF comme une association loi 1901, à la fin des années 70. Antoinette Fouque s’est battue toute sa vie pour que le droit des femmes avance. Dans le but d'empêcher tout détournement par les partis, le Mouvement de libération des femmes a vu son nom déposé.

Son engagement politique, l'AFD

La notion d'égalité hommes-femmes est un thème central du mouvement. Antoinette Fouque siège au parlement européen durant cinq ans, elle était candidate sur la liste du MRG. L'AFD créée par la militante est plus que jamais active et se positionne à gauche. A Strasbourg, Antoinette Fouque assure la vice-présidence de la commission des droits de la femme.

Antoinette Fouque voit combien les femmes ne tiennent qu'une place mineure dans le secteur du livre en fréquentant les milieux littéraires. Avec des centaines de livres voués à la réflexion des femmes, la société d’édition de la militante du droit des femmes aide de multiples écrivaines à diffuser leurs idées. Elle lance sa maison d'édition, baptisée Les Editions des femmes au tout début des années 1970. Les Librairies des femmes ouvrent au même moment. Sa maison d'édition permet à Antoinette Fouque de défendre la littérature féminine.

Antoinette Fouque suit les séminaires du fondateur du lacanisme dans les années soixante. Avec son directeur de thèse Roland Barthes, la jeune femme obtient un Diplôme d'études approfondies. A cette époque, l'étudiante fréquente l’écrivaine Monique Wittig. En plus de sa mission d'enseignement, Antoinette Fouque est critique littéraire pour 2 sociétés d’édition et écrit des notes de lecture pour une 3e.

Articles